Blog

Meet Darline Exume

Having a promising career is not easy especially in a society where values are crumbling. A young girl named  Darline gives the staff of EVOLUTION OF FASHION IN HAITI the privilege to write and appreciate her story.

Avoir une carrière prometteuse n’est pas facile dans une société où les valeurs s’effritent. Une jeune fille prénommée Darline s’est confiée au staff de l’EVOLUTION OF FASHION IN HAITI pour partager son histoire.


Her name is Marie Darline Exume, she is 5ft 6 inches and is 25 years old. Darline is currently in her fifth year of medical school at Kiskeya University. She made a career in professional modeling and she had the privilege to participate in several beauty competitions. She is the head of the We Care Haiti Foundation. Darline also works part-time as an administrative secretary. Darline grew up in Port-au-Prince with her family until 2004, when she moved to Jacmel.  Darline returned from Jacmel in 2010 to further her studies. 

Elle s’appelle Marie Darline Exume, elle mesure 1m 70 et a 25 ans. Elle est en cinquième année de médecine à l’Université Kiskeya. Elle fait carrière dans le mannequinat professionnel et a eu à participer dans plusieurs concours de miss. À côté de ça, elle est à la tête de la fondation « WE CARE HAITI ». Darline travaille aussi, à temps partiel, avec des particuliers comme secrétaire administratif. Darline a grandi à Port-au-Prince avec sa famille jusqu’en 2004; elle a dû se rendre à Jacmel. Elle est revenue de Jacmel en 2010 pour ses études.

Darline did not start her career as a model, but rather as a  beauty contestant. First runner-up in a beauty contest in Jacmel, she received a lot of encouragement to become a model. As she returned to Port-au-Prince in 2010, she launched into the world of Modeling.

Darline n’a pas commencé sa carrière en tant que mannequin, mais a plutôt débuté dans un concours de beauté. Première dauphine dans un concours de beauté à Jacmel, elle a reçu pas mal de félicitations et de mots d’encouragements pour sa potentialité à être mannequin. Sa capacité à l’être était une évidence à ce moment là et dès son retour à Port-au-Prince en 2010, elle s’est donc lancée dans ce monde.

Back in Jacmel

It must be said that since Jacmel, she was already solicited by some photographers of the capital for photoshoots. Her first photo session was with Robert Duprat and the second with Hugue Robert  Marsan. Her pictures were successful and she was able to find gigs. From there she agreed to work with other photographers.

Il faut dire que depuis Jacmel, elle était déjà sollicitée par certains photographes de la capitale pour des photoshoots. Sa première séance de photo était avec Robert Duprat et la seconde avec Hugue Robert Marsan. Ses photos ont eu du succès et elle a pu trouver des petits boulots. Ainsi elle a consenti à travailler avec d’autres photographes.

Darline has not yet participated in fashion week, but she has already collaborated in fashion shows organized by individuals, such as Haïti Fit and Tmel. The Miss Video Max and  Miss Anayizz Competitions she used to watch on TV were, in a way, her passion and her motivation to pursue this career. After the contest of Jacmel where she won First Runner-Up Darline had figured, why not participate in an international competition?

Darline n’a pas encore participé à la semaine de la mode, mais l’a déjà fait pour des défilés de mode organisés par des particuliers, comme Haïti Fit et Tmel. Les concours Miss Video Max et Miss Anayizz qu’elle regardait à la télévision étaient, en quelque sorte, sa passion et sa motivation pour poursuivre cette carrière. Après le concours de Jacmel où elle a remporté le premier runner-up Darline s’était dit, pourquoi ne pas participer à une compétition internationale?

In 2013, under the supervision of Manouchka Luberisse, who was looking for a representative for Haiti, she took part in her first international competition in Jamaica. She participated in Miss Progress International, Miss Grand International, and Miss United Continents. The Miss Grand International contest, held in Thailand, stays as a wonderful memory for Darline because it was during this pageant that she made several discoveries. She was filled with pride to see how many Haitians voted for her. This pageant remains her best experience. Beauty contests have encouraged her to pursue modeling and also they have given her more visibility, although these are two worlds that remain distinct.

En 2013, avec l’encadrement de Manouchka Luberisse , qui cherchait une représente pour Haïti, elle a participé à son premier concours international à la Jamaïque. Suite à ça, elle a eu à participer à Miss Progress International, Miss Grand International, et Miss United Continents. Le concours Miss Grand International , déroulé à Thaïlande, a beaucoup marqué Darline, car c’est durant celui-ci qu’elle a eu à faire plusieurs découvertes, qu’elle s’est découverte, qu’elle a évalué son indépendance et qu’elle était remplie de fierté en constant combien les Haïtiens on voté pour elle. Ça reste sa plus belle expérience. Les concours de beauté l’ont donc mise sur la voie du mannequinat et lui ont octroyé plus de visibilité, quoique ce sont deux mondes qui restent distinctes.

By 2015, Darline had shaved her hair completely and proudly displays this look for over a year now. Many wonders why she did this, « Is this for modeling? Is it just a style? ». Since childhood, Darline had Alopecia, the acceleration of hair loss or hair growth. It may manifest on the head, eyebrows, armpits or intimate areas. This disease is due to iron deficiency or a lack of vitamins very important to the body. It can also be due to stress, trauma, using products or wearing hairstyles that weaken the hair and promote their fall. Upon meeting Matti Domingue, the manager of the Zoule Talent Agency, she repeatedly encouraged her to shave her head, insisting that she will be beautiful with or without hair. She was undecided and asked a lot of questions about the idea. Brave enough, Darline took the plunge! And today, she feels freer and more comfortable than ever without hair! Darline was not the kind to stay under a comb anyway.  She also admits that if she had the means for treatment, she would not hesitate. But her new look does not bother her either. Darline loves herself as she is, with or without hair.

En 2015, Darline s’est rasée complètement les cheveux et elle arbore fièrement ce look depuis plus d’un an. Beaucoup se demande pourquoi a-t-elle fait ça? Est ce pour le mannequinat ou juste un style? Les théories ne manquent pas! Depuis l’enfance, Darline est atteinte de l’alopecie, l’accélération de la chute des cheveux ou des poils. Elle peut apparaître au niveau de la tête, des sourcils, des aisselles ou au niveau des parties intimes. Cette maladie est due à une carence en fer ou à un manque de vitamines très importants pour le corps. Elle peut être aussi due au stress, à un traumatisme ou au fait d’utiliser des produits ou de porter des coiffures qui fragilisent les cheveux et favorisent leur chute. Darline vient à rencontrer Matti Domingue, le manager de Zoule Talent Agency, qui lui répétait de passer au rasoir ses cheveux en insistant sur le fait qu’elle est sera belle avec ou sans cheveux. Elle était indécise et se posait pas mal de question sur l’idée, comme: est ce qu’elle a la tête qui va avec ce style? Sera t-elle à l’aise avec? Bravant toutes ses préoccupations, elle a sauté le pas! Et aujourd’hui, elle se sent plus libre et plus confortable que jamais sans des cheveux! Faut dire, qu’elle n’était pas du genre à rester sous une peigne! Elle avoue aussi que si elle a des moyens pour un traitement, elle va pas se gêner. Mais si non, elle sera pas non plus dérangée. Darline s’aime comme elle est avant tout et ceci, avec ou sans des cheveux.

She manages stress as she can and she knows well that nothing is easy in life. That’s why she always tries to anticipate the obstacles and gets the best out of anything that happens to her, without complaining. Though timid, she knows how to chase her shyness once on a stage.  Sometimes she has pain, but once on stage, she does not panic and remains professional and the pain disappears. Being on a scene or on stage is like a medication for Darline and she never complains about any creations she must wear for a runway show or a photoshoot. Whatever the garment or jewelry, she seeks to be comfortable and tries to do her job well.

Elle gère le stress comme elle peut et elle sait bien que rien n’est facile dans la vie. C’est pourquoi elle essaye toujours d’anticiper les obstacles sur sa route. Et tire le meilleur de tout mal qui lui arrive, sans se plaindre.Quoique timide, elle sait comment chasser sa timidité une fois sur un podium. Il arrive même qu’elle ait des douleurs, mais une fois sur le podium, elle ne panique pas et reste professionnelle et la douleur disparaît. Une scène est donc comme un médicament pour Darline et elle ne se plaint jamais d’aucune création qu’elle doit porter durant un défilé ou un photoshoot. Quelque soit le vêtement ou le bijou, elle cherche à être confortable et de faire son travail.

Darline thinks modeling is not profitable enough in Haiti. She explains that the country’s problems discourage any investor in this sector. She added that there should be more shows and that the salary of a model should be decent. She also adds that many Hair Salons display pictures of foreign models when they could have contracts with Haitian models who would pose for their make-up, and their hairstyles. With that, the fashion industry could be profitable. According to her, modeling can lead to other trades, such as acting, publicity, and even to become an ambassador. These trades that can positively sell and expose the culture of the country.

Darline pense que le mannequinat n’est pas assez rentable en Haïti. Elle explique que le niveau des problèmes du pays a de quoi pour décourager n’importe quel investisseur dans ce secteur. Elle ajoute qu’il faudrait qu’il y ait plus de shows et que le salaire d’un mannequin soit plus raisonnable… Elle ajoute aussi que nombreux sont les studios de beauté qui affichent les photos de mannequins étrangers à lorsqu’ils pourraient avoir des contrats avec des mannequins Haïtiens qui poseraient pour leurs maquillages, leur coiffures. Avec ça l’industrie de la mode pourrait être rentable. Selon elle, le mannequinat peut déboucher sur d’autres métiers, tels: acteur de cinéma, publiciste, ambassadeur, des métiers qui pourront positivement vendre la culture du pays.

Darline does not yet know if she will be staying in the modeling career for a long time besides, she also has a career in medicine. In 4 years, she will be 30 years old and it is in this time interval she will retire her modeling career. But she will always be a supporter in framing young models who want to realize their dreams.

Darline ne sait pas encore si elle exercera ce métier pendant longtemps, car à côté elle a aussi sa carrière en médecine. Dans 5 ans, elle aura 30 ans et c’est à peu près cette intervalle de temps qu’elle se donne, mais elle sera toujours active dans l’encadrement de jeunes mannequins qui veulent réaliser leurs rêves.

There is competition in everything, and according to Darline, in modeling, it does not exist because this sector is not so demanded. She adds that she is only competing with herself to keep moving forward. To her, there are many reasons to believe that modeling can help Haiti: « mankina ale pi lwen ke jan anpil nan nou pansel, kom anpil nan nou tojou panse ke se jen lan pa gen anyen poul fe epil chwazi antre nan mond sa  ( Modeling in Haiti has gone further than most of you think, since most people think that young people have nothing to do, so they pursue modeling). »  Darline thinks that a model can be an example for young people and even for a whole country. Modeling is a way to promote our creations, our culture and to show a different Haiti in the eyes of the foreigner.

Y a compétition dans tout, et selon Darline, dans le mannequinat ça n’existe pas car ce secteur n’est pas si demandé. Elle ajoute qu’elle n’est en compétition qu’avec elle-même pour continuer à avancer. Pour elle, y a maintes raisons de croire que le mannequinat puisse aider Haïti: « mankina ale pi lwen ke jan anpil nan nou pansel, kom anpil nan nou toujou panse ke se le jenn lan pa gen anyen poul fe epil chwazi antre nan mond sa… ». Darline pense qu’un mannequin peut être un modèle pour les jeunes et même pour un pays en entier. Le mannequinat est un moyen pour promouvoir nos créations, notre culture et fait voir Haïti autrement aux yeux de l’étranger.

Darline hopes to wear  Stella Jean and Azebe Jean Pierre’s designs, although they are international, they have Haitian roots. Whatever one starts in life, one always has a model in mind. Naomi Campbell is her inspiration. According to her: « Malgre laj li, Naomi Campbell toujou montre sal gen nan djakout li ( Despite Naomi’s age, she always shows what she got). » 

Darline souhaite un jour porter les créations des marques Stella Jean et Azebe Jean Pierre, bien qu’elles soient internationales, elles ont des racines haïtiennes.Quoi qu’on entame dans la vie, on a toujours un modèle en tête. Naomi Campbell est sa source d’inspiration. Selon elle:  » Malgre laj li, Naomi Campbell toujou montre sal gen nan djakout li ».

For young modeling enthusiasts, she advises staying focused on their dreams despite their passion, to work on their weaknesses to improve their work. Modeling is not a game! Though difficult, each model can help the country move forward in this world.

Aux jeunes passionnés du mannequinat, elle leur conseille de rester focus sur leurs rêves et de travailler sur leurs faiblesses afin d’améliorer leurs travaux.Le mannequinat n’est pas un jeu! Bien que difficile, chaque mannequin peut aider le pays à avancer dans ce monde.

Want More of Darline?

Leave a Reply

Your email address will not be published.